Réalisé par Robert Zemeckis selon un scénario de Steven Knight, Alliés devait être une sorte de thriller romantique, un film romantique et aventureux comme Mr & Ms Smith. Mais au lieu de frissonner avec le commandant canadien Max Vatan et l’espionne française Marianne Beauséjour de la Résistance Française, on est plongé dans un film assez terne, qui reste un film d'action plus qu'une histoire d'amour inoubliable. Même si Alliés n'est pas un mauvais film, il n'arrive non plus au niveau d'un chef d'oeuvre à te couper le souffle. 

Envoyés ensemble en mission en Maroc et devant jouer le rôle d’un couple marié heureux (qu’ils ne semblent vraiment pas et on se demande à quel point la communauté nazi de Casablanca doit être bête de croire leur jeu, surtout celui de Max, qui est presque une marionnette en cire), ils décident de se marier aussi dans la vraie vie. Une fois leur mission terminé, Marianne et Max se retrouvent à Londres ou ils vont construire leur famille, leur petit paradis d’amour au milieu des bombes et avions de guerre. Mais la magie de la vie au foyer vient être détruite une fois que les autorités commence à suspecter que Marianne est une espionne allemande qui ait remplacé la vraie Marianne, morte pendant une mission.

alliés

L’histoire n’est pas mal, mais le problème est que le couple n’est pas très convaincant. Tandis que Marion Cotillard joue bien son rôle de femme fatale, mystérieuse, en maintenant le suspense concernant son identité, Brad Pitt reste terne, tout au long du film avec quelques scènes exceptionnelles. Pitt ne devient authentique ni dans le moment où il soupçonne sa femme ou il cherche désespérément apprendre la vérité avant les autorités : il ressemble seulement à l’homme fatale, expert en lutte qui dépasse naturellement les obstacles devant soi. De sa lutte intérieure, il est plus difficile à nous rendre compte.

Marion Cotillard est la seule étoile brillante du film bien qu’entre elle est Brad Pitt il n’y a pas des étincelles. Aussi brillante que Marion c’est sa garde-robe et donc la costumière Joanna Johnston., deux femmes qui font un film de guerre.

Alliés

Ce que est aussi bien dans le film Alliés c’est la façon dont le réalisateur Robert Zemeckis dissout la réalité de la guerre dans leur histoire, réduit la guerre mondiale au rôle de décor romantique, au sens ou la nature et les événements suivent et anticipent les tragédies et les joies du couples.

Personne peut nier la beauté de la scène d’amour dans la voiture prise au milieu d’une tempête de sable dans le dessert (ou plutôt la force de la scènes et la concordance des tumultes – la fureur des personnages qui s’aiment comme s’ils vont mourir demain – et la fureur du désert). Pareil, le chute de l’avion près de leur maison, pendant la fête qu’ils donnent chez eux, anticipe le dénouement de leur histoire, la tragédie dans laquelle va glisser leur vie de famille.

alliés

 

Retour à l'accueil