La Cité perdue de Z est un film d'aventures réalisé par James Gray, après le roman La Cité perdue de Z de David Grann, lui-même inspiré de la vraie vie de Percy Fawcett.


Le film s'intéresse à la vie d'un explorateur anglais du XXème siècle, Percival Fawcett qui a dédié sa vie aux explorations de l'Amazonie à la recherche d'une antique cité. L'histoire tourne autour de sacrifices que fait cet explorateur qui néglige sa vie, sa famille et sa carrière et pour lequel la recherche de cette cité chimérique devient le but de sa vie, le sens ultime de son existence.

la cité perdue de z


Le réalisateur James Gray se plonge dans l'exotique de la jungle, des forets immenses et de la nature sauvage et nous plonge nous aussi en tant que spectateurs dans cet univers plein de folie et mystère que c'est le monde de l'Amazonie et la tête remplie de chimères de Percy Fawcett.
Les voyages que Fawcett réalise dans l'Amazonie représente l'occasion pour James Gray de promener sa camera vers une beauté verte et sauvage.


Si l'Amazonie et les aventures de personnages captent bien le regard au début, cela devient un peu fatiguant après 2h20 de mêmes images et dangers, surtout quand on voit comment le héros échappe avec quelques égratignures de toute sorte d'aventure dangereuse et que toutes les pérégrinations du Fawcett et ses compagnons suivent le même schéma, présenté sans nous épargner des détails.

la cité perdue de z


L'histoire est trop lente en comparaison avec la vitesse du fleuve. Après toutes ces aventures (qui après la moitié du film commencent à sembler interminables) le spectateur devient impatient, mais là il manque le point culminant de l'histoire. Si le film se concentre sur la cité perdue de Z, quel besoin d'une démie heure de guerre mondiale? On s'écarte trop du coeur de l'histoire et James Gray et ses personnages perdent notre attention.


Aussi, le film est parsemé de discours didactique sur la morale. Si l'attitude anticolonialiste de James Gray et le respect que celui ci éprouve envers les indigènes doit être saluée, James Gray ne trouve pas le moyen de l'insérer dans le film sans paraître prétentieux.                      Pour conclure, c'est un bon film d'aventures, mais un peu trop longue et un peu trop didactique dans son message.

la cité perdue de z

 

Retour à l'accueil